Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

1 juin 2007 5 01 /06 /juin /2007 10:48
Lu dans l'apologie de Raimond Sebon.

Le cheval sait que le chien est en colère quand il aboie d'une certaine façon, et d’une autre sorte d'aboiement il ne s’effraie pas. Même les animaux dénués de voix ont entre eux des systèmes d’échange de services qui nous donnent à penser qu’il existe entre eux un autre moyen de communication : leurs mouvements expriment des raisonnements et exposent des idées.

     Ce n’est pas loin de ce que l’on voit chez les enfants,
     qui compensent du geste la déficience de leur langage.

     [Lucrèce, V, 1030]

     50. Et pourquoi pas ? Nous voyons bien des muets discuter, argumenter, se raconter des histoires par signes. J’en ai vus qui étaient si adroits, si bien formés à cela, qu’en vérité, il ne leur manquait rien et se faisaient comprendre à la perfection. Les amoureux se fâchent, se réconcilient, se remercient, se donnent rendez-vous, enfin se disent toutes choses avec les yeux.

     Le silence même sait prier et se faire entendre.
     [Le Tasse, Aminte, acte II]

     51. Et que dire des mains ? Nous demandons, promettons, appelons, congédions, menaçons, prions, supplions, nions, refusons, interrogeons, admirons, comptons, confessons, nous repentons, craignons, avons honte, doutons, instruisons, commandons, incitons, encourageons, jurons, témoignons, accusons, condamnons, absolvons, injurions, méprisons, défions, nous fâchons, flattons, applaudissons, bénissons, humilions, nous moquons, nous réconcilions, recommandons, exaltons, festoyons, réjouissons, nous plaignons, nous attristons, nous décourageons, nous désespérons, nous étonnons, écrions, nous taisons... Que ne faisons-nous pas avec une variété aussi infinie que celle de la langue ! Avec la tête nous convions, renvoyons, avouons, désavouons, démentons, souhaitons la bienvenue, honorons, vénérons, dédaignons, demandons, éconduisons, égayons, nous lamentons, caressons, réprimandons, soumettons, bravons, exhortons, menaçons, rassurons, interrogeons... Et que dire des sourcils ? des épaules ? Il n’est pas de mouvement qui ne parle, c’est un langage intelligible sans qu’il soit enseigné, et c’est pourtant un langage public, ce qui fait que, quand on voit la variété des autres et l’usage spécifique qui en est fait, on est plutôt porté à penser que celui-ci est bien le propre de la nature humaine. Je laisse à part ce que la nécessité apprend à ceux qui en ont soudainement besoin : les alphabets de doigts, la grammaire des gestes, et les sciences qui ne s’exercent et ne s’expriment que par ces moyens-là. De même pour les peuples dont Pline nous dit qu’ils n’ont pas d’autre langue.

Partager cet article

Repost 0

commentaires