Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

19 avril 2007 4 19 /04 /avril /2007 08:26
Point de vue
Un peu de pudeur, M. Sarkozy, par Jean-Noël Jeanneney
LE MONDE | 17.04.07 | 13h31  •  Mis à jour le 17.04.07 | 17h39


'abord on fut surpris. Ensuite on s'est borné à sourire. Mais voilà qu'à la longue on est contraint de dire que la façon dont Nicolas Sarkozy revendique, de discours en discours, les figures historiques de la gauche au service de sa cause heurte à la fois le bon sens, la mémoire et la probité. Voltaire, Saint-Just, Carnot, Gambetta, Jules Ferry, Clemenceau, Jaurès, Salengro, Léon Blum... Holà ! Cette captation d'héritage ne pourrait se fonder, non sans forfanterie, que sur la capacité d'oubli de ses concitoyens : celle-ci n'est pas infinie.

 

Voltaire ? Ce sont les conservateurs de son temps, les tenants de l'ordre établi que bousculèrent infatigablement ses combats. Saint-Just ? C'est la droite qui a stigmatisé pendant plus d'un siècle après son exécution par la réaction thermidorienne l'espoir qu'il avait incarné d'apporter au peuple ce bonheur qui devait être une "idée neuve" en Europe. Lazare Carnot ? C'est la droite qui, après 1815 et le retour des émigrés, a contraint l'organisateur de la victoire à la misère de l'exil. Gambetta ? C'est la droite monarchiste qui a tout fait, avant et après le 16 mai 1877, pour refouler celui qui portait si haut les aspirations d'une République rénovée.

Jules Ferry ? C'est la droite cléricale qui s'en prit de toute son énergie à l'école laïque, gratuite et obligatoire qu'il légua à la France. Clemenceau ? C'est la droite qui, en l'abreuvant d'injures et de mensonges, après Panama, l'a chassé de l'arène politique puis l'a violemment dénoncé dans son combat pour Dreyfus. Jean Jaurès ? C'est la droite qui n'a pas cessé, jusqu'à son assassinat en 1914, de le moquer comme utopiste, de le détester comme défenseur du monde ouvrier, de le clouer au pilori comme naufrageur de la défense nationale. Salengro ? C'est de la droite et de sa presse que sont parties les calomnies infâmes qui l'ont poussé au suicide, en 1936. Léon Blum ? C'est de la droite qu'a jailli, quand il s'est approché du pouvoir, avec le Front populaire, un flot de haine dont la virulence a resurgi sous Vichy lors du procès de Riom fomenté par Pétain.

Qu'on m'entende bien : je ne rends pas Nicolas Sarkozy et les siens, ce serait absurde, personnellement comptables de tout cela. Mais leur famille politique ne peut pas, au nom de je ne sais quelle rupture soudaine dans le mouvement de l'histoire, prétendre en abolir ni les réflexes ni l'héritage, puisque ce sont ceux-ci qui l'ont définie dans la longue durée.

On peut se demander, à la réflexion, s'il ne faudrait pas considérer cette prétention du candidat de la droite à s'inscrire dans la lignée de grands personnages de la gauche comme le fruit d'une contrition cachée. C'est peut-être l'aveu d'une gêne secrète devant une évidence : depuis deux siècles, cette droite dont M. Sarkozy est le descendant et l'actuel porte-parole n'a pas cessé de freiner les évolutions du progrès avant de se trouver contrainte, par l'évolution des esprits et par le jeu des forces sociales, à se convertir, en vagues successives, à une partie des principes que les hautes figures dont il est question ont incarnés dans le passé, parfois jusqu'au martyre.

Quoi qu'il en soit, quelque pudeur ne serait pas malvenue de la part d'un homme qui attend, si on le comprend bien, que les leaders de la gauche soient morts pour les aimer à titre posthume. Ségolène Royal est heureusement bien vivante.


Jean-Noël Jeanneney, historien, est ancien secrétaire d'Etat.

 


Article paru dans l'édition du 18.04.07

Partager cet article

Repost 0

commentaires