Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

26 avril 2007 4 26 /04 /avril /2007 10:07
20/04/07

Les syndicats doivent avoir leur mot à dire dans la définition de la « Flexicurité »

Aujourd’hui, lors d’une conférence de la Commission européenne qui examinera les futures propositions en matière de « flexicurité » dans l’UE, la Confédération européenne des syndicats (CES) réclame un équilibre socialement acceptable entre les besoins des entreprises et le bien-être des travailleurs. 

La flexicurité est censée combiner une main-d’oeuvre flexible avec des niveaux élevés d’emploi et de protection sociale. La Commission européenne devrait soumettre des propositions au Conseil européen de décembre 2007.

Cependant, à ce jour, les entreprises semblent avoir détourné le débat en affirmant que l’économie de l’UE est caractérisée par une réglementation excessive et un dynamisme insuffisant. « Les débats font état d’une situation très négative », affirme John Monks, Secrétaire général de la CES. Les faits prouvent le contraire. Les marchés européens de l’emploi offrent la souplesse requise pour s’adapter au changement, et les entreprises enregistrent des niveaux de bénéfices records. Le niveau élevé de création d’emplois n’est pas en contradiction avec des systèmes de protection de l’emploi et des niveaux élevés d’organisation syndicale. La CES craint que la priorité actuelle accordée à la flexicurité porte essentiellement atteinte aux travailleurs les plus vulnérables, en sapant les conditions de travail et la sécurité de l’emploi, en étendant les longues heures de travail, le faux emploi indépendant et les contrats à court terme et à temps partiel.

« Aujourd’hui, on nous dit que personne ne peut espérer garder un emploi pendant toute sa vie », ajoute John Monks. « Vraiment ? Et les docteurs, les professeurs et tous les autres emplois qui requièrent un long apprentissage ? Lorsqu’il devient monnaie courante de transformer les relations de travail en relations immorales, il ne faut pas s’étonner qu’il y ait de la résistance ».

La CES a publié sa prise de position sur la flexicurité, qui réclame :
* plus d’emplois et du travail de meilleure qualité ;
* la flexibilité, permettant de combiner le travail et la vie de famille ;
* une forte législation sur la protection de l’emploi et l’aide sociale ;
* le respect du rôle des partenaires sociaux.

Le débat sur le flexicurité et les défis pour le mouvement syndical

* Discours de John Monks (Uniquement en anglais)


 
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires