Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

29 avril 2007 7 29 /04 /avril /2007 08:27

Le débat entre François Bayrou et Ségolène Royal tant redouté par l'UMP a pu avoir lieu sur BFM-RMC Info malgré toutes les interventions pour le rendre impossible.

Il est significatif que le CSA soit sorti de sa réserve pour contredire les explications embarassées avancées par Canal + pour justifier sa volte-face et son refus d'organiser le débat. Le CSA n'a jamais demandé son interdiction pour la simple raison que l'équité du temps de parole ne posait aucun problème.

Ce fut un modèle de débat démocratique sans concession et sans confusion dans la confrontation pacifique des points de vue.

Ségolène Royal a su maintenir le cap et ses propositions tout en faisant apparaître les convergences avec F. Bayrou.
On est très loin de la cuisine politico-médiatique concoctée par le Président de l'UMP.
Sur l'évolution de l'Europe, le projet économique, l'importance des relations sociales pour faire progresser l'efficacité économique la candidate de la gauche a parfaitement maintenu le cap et défendu ce qui rassemble tous les européens qui ne baissent pas les bras face au libéralisme débridé.

De son côté, François Bayrou a mis en évidence ce qui le rapprochait des propositions de S. Royal et ses points de divergence.

Les électeurs ne peuvent qu'être mieux éclairés par de tels débats qui tranchent avec le climat de guerre civile et de dénigrement construit par l'UMP.

Cliquez ici pour voir les vidéos du débat :

1ère partie

2nde partie

Partager cet article

Repost 0

commentaires

anna 29/04/2007 09:04

Bonjour Deslilas. Merci pour vos passages réguliers sur mon espace. Moi uasis j'ai trouvé ce "dialogue" intéressant et cordial. On pouvait bien voir quelles sont les point de convergences et les différences. Ca permet d'éclaircir le débat et c'était le but de l'organisaiton de ce débat. Rienn'emp^echait N Sarkozy de s'y joindre, il préfère dire aujourd'hui que ce débat est inconstitutionnel. Sans dout parce qu'il ne l'avait pas prévu.