Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

25 avril 2013 4 25 /04 /avril /2013 09:23

 
 


Près de Saint-Dizier, Moeslains, les Côtes Noires, relief de marnes vertes entaillé par la vallée de la Marne. Site remarquable évoqué dans le livre de Jean-Paul KAUFFMANN :
"Remonter la Marne".
Le montage comporte des photos actuelles et des cartes postales montrant l'évolution du site.
Repost 0
14 avril 2013 7 14 /04 /avril /2013 17:43

 


autobiographie

Henri Claude Robert NAPIAS, docteur en médecine,, Directeur de l'Assistance publique de Paris,, spécialiste de l'hygiène industrielle et scolaire, auteurs de nombreux ouvrages et projets de loi, est l'un des fils du républicain Claude-Dominique NAPIAS-PIQUET né à Romilly, notaire à Sézanne.
Henri NAPIAS est  né le 7 mars 1842 à Sézanne
En 1852, il accompagne son père, proscrit de l'Empire, à Londres.
En 1862, il est incarcéré pour raison politique à Mazas avec Clémenceau. Il est rédacteur de plusieurs journaux d'étudiants au sein desquels il frréquente Gambetta, Lavisse, Clémenceau...
De 1862 à 1872 il est médecin de la Marine nationale.
En 1872, il épouse à Paris 9ème, Louise Victorine Mathilde BLAISE, professeure, née à ERVY (arrondissement de Troyes).

à suivre

Claude-Dominique NAPIAS-PIQUET et la colonie agricole socialiste de Sain-Just Sauvage (51)
Posted by Picasa
Repost 0
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 15:04




Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1876 à 1881, né à Troyes (Aube) le 7 novembre 1843, il fit à Paris ses études de droit, fut reçu docteur, et s'inscrivit au barreau. Secrétaire de Mc Durier, il quitta Paris vers la fin de l'Empire pour aller habiter sa ville natale, où plusieurs causes importantes mirent son nom en relief.

La révolution du 4 Septembre le fit secrétaire général de la préfecture de l'Aube. M. Fréminet prit part à la campagne de l'Est dans les rangs des mobilisés de ce département, devint conseiller municipal de Troyes et conseiller général de l'Aube, et se présenta aux élections législatives du 20 février 1876, avec une profession de foi où il s'exprimait ainsi :

« Je ne suis pas un converti à la République, sa cause est la mienne depuis que j'ai commencé à raisonner. Dans une Assemblée, ma place serait parmi les républicains de principe. J'appartiens au jeune parti républicain, qui sait que rien ne se fonde par la violence ou la surprise, qui veut, ayant de réaliser une idée, avoir conquis pour elle l'adhésion des intelligences, et qui, pour les conquêtes successives, n'emploie que la persuasion, la science et la justice. »

M. Fréminet, élu député de l'arrondissement de Troyes par 12 613 voix (20 462 votants, 28 864 inscrits), contre 2 983 voix à M. Baltet, et 2 244 à M. de Colmont. siégea dans la majorité républicaine, parmi les modérés.

Il se prononça :
- contre l'amnistie pleine et entière ;
- pour la loi nouvelle sur la collation des grades par l'Etat ;
- pour l'ordre du jour du 4 mai 1877 sur les menées ultramontaines.

Il fut au nombre des 363 adversaires du gouvernement du Seize-Mai, et obtint sa réélection comme député de Troyes, le 14 octobre 1877, par 17 312 voix (25 452 votants, 28 279 inscrits), contre 7 942 voix à M. Droche, candidat officiel, conservateur-monarchiste.

À la Chambre nouvelle, il continua de siéger à gauche, se prononça contre le cabinet Rochebouët, pour le ministère Dufaure, pour l'invalidation de l'élection Blanqui, pour l'article 7 de la loi sur l'enseignement supérieur, etc., et s'associa aux principaux actes de la politique opportuniste.

Il ne se représenta point aux élections de 1881 ( qui virent l'élection de Stanislas BALTET) , et se fit inscrire au barreau de Paris.

Léon FREMINET fut le défenseur du Cercle Populaire et de Stanislas BALTET au cours du procès de 1873.

 

Repost 0
7 avril 2013 7 07 /04 /avril /2013 17:22
 

 

Une prime sera attribuée au gendarme qui prendra sur le fait un élève :

- déserteur, 3 francs;

- dans un débit de boissons 1,50 francs.

Repost 0
7 avril 2013 7 07 /04 /avril /2013 09:21

Gaston CHEQ à l'honneur en Suède

 


Deux manifestations en l'honneur du champagne Gaston CHEQ en Suède le vendredi 5 avril à LUND et le samedi 6 avril à SIMRISHAMN avec Cécile TAPPREST,Ludovic LEVEILLE (Léveillé)  et Anna CHEROUVRIER-HANSSON.
Repost 0
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 09:13

Dedicated to

benchesonmyway.blogspot.com

 

Posted by Picasa
Repost 0
31 mars 2013 7 31 /03 /mars /2013 18:18

 
 

Parmi les élèves qui ont bénéficié de cette formation gratuite et laïque on remarque :
Claude-Joseph HABERT futur architecte; Napoléon-Ambroise COTTET, professeur de mathématiques à l'Ecole normale, vérificateur des poids et mesures;  François GILLET, inventeur, fabricant de métiers à tisser; PISSOT, serrurier, fabricant de machines à vapeur; CAILLET, répétiteur de mathématique au lycée Saint-Louis, professeur de mathématiques à Troyes; Charles CUISIN, élève à l'Ecole Royale des Arts et Métiers de Châlons, artiste-peintre.
Repost 0
27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 08:48

 

 
 

Retrouvé au Canada, chez un antiquaire, le livre de Virginia S  EIFERT consacré à l'explorateur canadien Louis JOLLIET 1645-1700, publié en 1961 chez Dodd, Mead an company, New York 1961.

Virginia S EIFERT était une descendante américaine de la famille COTTET de Troyes (cf Napoléon-Ambroise COTTET 1808-1880).


Louis JOLLIET sur Wikipedia
Posted by Picasa
Repost 0
23 mars 2013 6 23 /03 /mars /2013 20:36



Alexandre LEYMERIE ( Paris 1801- Toulouse 1878)  a été le professeur de mathématiques de Napoléon-Ambroise COTTET et de Claude-Joseph HABERT, ancien élève de l' école Polytechnique il vint à Troyes pour ouvrir le cours de Géomètrie et mécanique appliquées aux Arts et Métiers  en 1828. Il fut ensuite pour quelques mois professeur de Mathématiques au Lycée de Troyes avant de devenir directeur de l'école industrielle de la Martinière à Lyon  en 1833.  Sa femme Henriette DELRUE donne naissance à deux filles à Troyes, Julie en 1828 et Sophie en 1831.Il démissionne de son poste de directeur peu après et continue à dispenser des cours de mathématiques. En 1841 il parrainera la candidature de N-A COTTET à la Société géologique de France.Il se rend ensuite à Toulouse pour prendre la chaire de  de minéralogie et géologie où il continuera une brillante carrière, présentera deux thèses de dooctorat, deviendra membre de l'Académie des sciences en 1873..
Posted by Picasa
Repost 0
20 mars 2013 3 20 /03 /mars /2013 15:54

De la ferme Martin en 1906 à une usine à Troyes

Ouvriers devant une usine troyenne en 1907 - carte postale

 

Posted by Picasa
Louis Gravelle, ouvrier assis au premier rang à gauche sur la photo, tient un chien sur ses genoux. Il écrit en 1907 cette carte postale à l'intention de Julia Graveron demeurant dans le Doubs à Voujeaucourt. Il l'invite à revenir à Troyes pour prendre le train et se rendre à Dosches où il espère pouvoir danser encore un peu avec elle. Il lui donne des nouvelles de sa famille qui a déménagé sur Troyes et de plusieurs personnes Joseph L'heureux, Gaston... qui ont également quitté ce lieu.
Le recensement de la population effectué à  Dosches en 1906 permet de préciser les relations qui ont existées entre ces personnes.
Elles travaillaient en 1906 dans la ferme d'un agriculteur Joseph Martin située dans le hameau de Rosson. Joseph L'heureux né à Paris en 1864 était le jardinier, il vivait avec sa femme Ernestine et son fils Marcel né en 1889;  Gaston Oudin né en 1890 à Villemoiron était le cocher, Julia Graveron née en 1887 à Voujeaucourt était la femme de chambre.
 Louis Gravelle né en 1890 à Dosches fils de Victorine Beuve et de feu Xavier Vincent Gravelle vivait avec sa mère Victorine et son second mari, Denis Gauderon, né en Suisse et travaillant comme vacher chez Martin.
(cette carte postale a été retrouvée en 2011 chez un vendeur de cartes postales habitant dans le Doubs).

I've just bought this postcard from a seller living in the departement Doubs.
The card was sent by one of the workers standing in front of a factory in Troyes. He was the one on the left of the first rank with a poodle on his knees. He wrote to a young lady Julia Graveron and gave news about several people, he asked the girl to come back so they could dance together one more time.
The 1906 population census for the village Dosches gives some informations about the relations between them.
Repost 0