Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

16 septembre 2012 7 16 /09 /septembre /2012 10:22

link

Louis Partout, né à Radonvilliers, a épousé le 9 avril 1872 au Petit-Mesnil, Marie Darnet, demoiselle de magasin chez le marchand de Chaussures Edouard Colonval au 1 rue de l'Hôtel de ville. Au recensement de la population de Troyes de 1872, ils apparaissent au 2, rue de l'Hôtel de ville, Louis Partout exerçant le métier de limonadier avec sa femme Marie et son frère Isidore Partout. Les familles Partout et Darnet géreront le café Partout, qui apparait sur plusieurs cartes postales, pendant un demi-siècle, jusqu'au milieu des années 1920.


La rue de l'Hôtel de ville s'appelle désormais rue Georges Clémenceau. Le café Partout est devenu une pharmacie et le magasin de chaussures Colonval est un bureau de tabac, distributeur de journaux.

Louis Partout, born in Radonvilliers, married Marie Darnet, on the 9th April 1872 in the village Petit-Mesnil.
Marie Darnet was a seller in the shoe shop of M. Colonval 1, street Hôtel de Ville (City hall street).
Some months after, on the census 1872 for Troyes, Louis Partout was described as a 37 years old man, "limonadier" (lemon juice maker, in fact a café patron) with his wife Maria and his brother Isidore partout on the 2, rue Hôtel de Ville. For half a century, up to the middle of the years 1920,the two families Partout and Darnet, were the owners of a "Café Partout" which can be seen on several postcards.
The name of the street has changed, rue Georges Clémenceau. The café Partout is a drugstore, the shoe shop on the other side of the street, is a tobacconist's selling newspapers.
Repost 0
2 juillet 2011 6 02 /07 /juillet /2011 12:02


Le 23 octobre 1844 , Henry Millet, chevalier de la Légion d'honneur, caporal de la vielle garde impériale est décédé chez M. Etienne, meunier au Moulin de Saint Quentin à Troyes. Ses proches demandèrent le transport du corps à Saint Martin ès vignes, sa résidence.

Henry Millet est né le 6 juin 1778 à Saint Mards en Othe, fils de Edmé Millet et de Anne Mathieu.
Agriculteur, il entre au service dans le bataillon école de Strasbourg, le 12 décembre 1798. Il passe au 23ème régiment d'artillerie à pied le 16 mai 1799.
En 1799 il fait la campagne de l'Armée du Rhin, de 1800 à 1802 il est à Belle Ile en mer à l'Armée de l'Ouest.
De 1803 à 1804 sur les côtes de l'océan. 1805 en Allemagne, 1806 en Prusse, 1807 en Pologne, 1808 en Espagne, 1809 en Allemagne, 1810-1811 en Espagne, 1812 en Russie, 1813 en Saxe, 1814 en France.
Le 25 février 1814 il est nommé Chevalier de l'Ordre de la Légion d'honneur par décret de l'Empereur.
henry-millet-decision-empereur-fevrier-1814.jpg

Il ne recevra son brevet de Chevalier de l'ordre royal de la Légion d'Honneur et prêtera serment au nom du Roi en 1817 à Valence.


En 1823, pensionné d'Etat, il demeure à Pont Hubert et épouse à l'âge de 44 ans, à Troyes, le 18 avril, Marie Madeleine Pajot, âgée de 49 ans, veuve de Nicolas Meunier.

Il décède après une longue et douloureuse maladie en 1844 à Troyes. Sa veuve, seule héritière et dépourvue de ressource, se battra près de trois ans pour toucher les arrérages de pension dus entre le 1er janvier et le 23 octobre 1844, soutenue par le général vicomte de Rambourg, maire de Saint Martin ès vignes et par le général Husson.

(informations issues du dossier Légion d'honneur)
Posted by Picasa
Repost 0
18 juin 2011 6 18 /06 /juin /2011 10:28
Posted by Picasa
La fontaine Argence a retrouvé sa vocation initiale. Il ne reste plus qu' à réaménager la place pour que les piétons puissent en profiter. Troyes ferait bien de s'inspirer de Paris qui va "requalifier" sa place de la République pour assurer une cohabitation pacifique entre piétons et automobilistes.

The foutain Argence has recovered its previous aim, be a water fountain.
Troyes could now have a look on the Paris project for the Repubique square in order to provide a peaceful cohabitation between cars and pedestrians .
Repost 0
18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 11:41

Premier post de ce blog 19 janvier 2005 

http://jaucourt.canalblog.com

 

francois-de-Jaucourt.jpg

jpg_sacre.jpg

Rencontre dans les salles cirées des archives...

 

Dans les années 1970-1980, je cherchais des anecdotes historiques pour garnir une partie des colonnes d’un journal militant « Combat socialiste ». Le corps du journal était consacré à des prises de position sur des problèmes locaux, il n’en manquait pas, et à une expression sur la situation politique nationale. La section locale du Parti Socialiste diffusait ce petit journal régulièrement dans les boîtes à lettre du canton. Une fois par mois, quel que soit le temps, il était distribué le matin de bonne heure aux voyageurs qui prenaient le train à la gare SNCF de Gretz.

Pour rédiger ces petits articles historiques, je fréquentais

Les Archives départementales et nationales, des bibliothèques historiques de la région parisienne, le Centre Beaubourg qui venait d’être inauguré et allait devenir le centre Pompidou ainsi que les mairies du canton de Tournan où je déchiffrais les registres municipaux et les compte-rendus des conseils.

Ces visites me permettaient de faire revivre quelques épisodes oubliés de l’histoire locale qui s’inscrivaient dans les grands mouvements nationaux de notre passé. Et les quelques lecteurs qui ne roulaient pas en boule notre tract  -  pour le jeter au mieux dans une poubelle, au pire sur le quai - pouvaient découvrir des ressemblances avec des situations contemporaines.

Des notables locaux oubliés réapparaissaient ainsi au souvenir de nos lecteurs :Omer Talon, père de Zoé Talon, favorite royale sous la Restauration, décédé à Gretz ; le prince de Conti traqué  dans la forêt d’Armainvilliers,  le peintre David arrêté sur le territoire de Favières après la chûte de Robespierre et de Saint-Just. Les importantes manifestations xénophobes sur Chaumes en Brie qui ont accompagné la construction par des ouvriers italiens des lignes de chemin de fer, le récit d’un voyage inopiné en ballon au-dessus des forêts de Seine-et-Marne après la rupture du cable retenant un ballon captif et son atterrissage dans un champ de Gastins, les débats qui ont précédé l’électrification, la distribution de l’eau potable, le financement des réseaux de téléphone et d’assainissement…

<?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /> 

Parmi ces figures locales, apparut François-Arnail de Jaucourt, fils d’une illustre famille. Ses rares biographies  le présentaient comme un homme politique peu connu ayant été un éphémère Ministre de la Marine et des Affaires étrangères sous la Restauration.

Né en 1757, à Tournan ou à Paris et décédé à Presles en Brie, il reliait Louis XV à Napoléon III.

 Il avait bénéficié d’un grande longévité et fait preuve d’assez de finesse et d’opportunisme pour survivre dans des époques troublées.

Son nom était associé à Presles et à Tournan.

Presles gardait le souvenir d’un château habité par la famille Jaucourt qui avait donné un Maire et laissé un monument funéraire dans le cimetière.

Tournan où sa famille possédait le château de Combreux  l’avait connu comme Commandant de la Garde-nationale.

 

François-Arnail de Jaucourt ne fit pas l’objet d’une chronique dans le journal militant.

Sa vie romanesque nécessitait plus d’espace et de temps.

Surtout pour corriger l’aspect particulièrement terne et médiocre qui  avait été décrit par ses rares biographes. Ceux-ci n’avaient pas succombé au charme indéniable qui ressort du tableau peint par David et des quelques portraits publiés dans un ouvrage regroupant sa correspondance avec le Prince de Talleyrand pendant le Congrès de Vienne.

 Charme auquel ses amies Germaine Necker et Madame de Châtre n’étaient pas indifférentes.

 

Après une interruption d’un quart de siècle, je m’apprête à reprendre mes notes et mon enquête sur Arnail-François de Jaucourt en utilisant les possibilités des blogs.

Repost 0
9 janvier 2011 7 09 /01 /janvier /2011 11:38

Les éoliennes de Lévigny et les chevaux du soleil




Lever de soleil sur les éoliennes de Lévigny.
Clin d'oeil à Jules Roy, auteur de la saga "Les chevaux du soleil" dont le père Henri Dematons est né à Lévigny et a été instituteur public dans l'Aube à Yèvres le Petit, Arconville, Petit-Mesnil (La Giberie), Urville avant de se rendre en Algérie où il rencontrera Marie Paris, épouse Roy, avec qui il aura pour enfant Jules Désiré Roy en 1907. Henri Dematons reviendra quelques mois en 1926 occuper un poste d'instituteur à Fresnay à quelques kilomètres de Lévigny puis retournera en Algérie où il décédera en 1941.

Sunrise over Levigny.
Dedicated to Jules Roy, author of a saga about France and Algeria "Les chevaux du soleil". The father of Jules Roy, Henri Dematons was born in Lévigny in 1863. He was teacher in several villages around : Yevres le petit, Arconville, Petit Mesnil, Urville up to 1902 when he sailed towards Algeria where he met his third wife Marie Paris, married with Alfred Roy. They had a son, Jules Roy, born on 1907 in Rovigo and were married on 1910 after the death of Alfred Roy. Henri Dematons used to be a teacher in Algeria ( he was called "Le Maître de la Mitidja" in the saga written by his son), he came back for a while in 1926 as a teacher in the village Fresnay 3 kilometers from Lévigny. He left to Alger where he died on 1941.
Posted by Picasa
Repost 0
30 décembre 2010 4 30 /12 /décembre /2010 14:19

Bonne année 2011


Pour une très bonne année 2011, suivons le regard des oies du Canada ( en Suède).

For a very good new year, let us follow the Canadian geese look.
Posted by Picasa
Repost 0
30 avril 2010 5 30 /04 /avril /2010 07:20
 
 


Jeudi 29 avril 2010. La Ligue de l'Enseignement avait donné rendez-vous aux élèves de l'agglomération troyenne pour son Cabaret des différences édition 2010 sur la place Jean Jaurès de Troyes devant la Bourse du Travail.

Chansons, danses, bonne humeur, tolérance, amitiés étaient au rendez vous sous un soleil estival.
Une très bonne réponse au débat nauséabond et politicien sur l'identité nationale.
cf le livre de François Jullien : "Le pont des singes - De la di versité à venir - Fécondité culturelle face à identité nationale" Editions Galilée.

Differences "cabaret" in front of the "Bourse du Travail" yesterday. Lots of pupils from the schools around Troyes have accepted the invitation of the Education League. Songs, dances, a glorious and happy manifestation of our French melting pot, the best answer to a so sad and tricky French identity debate.
Posted by Picasa
Repost 0
26 avril 2010 1 26 /04 /avril /2010 18:37
 

 

 

 
Posted by Picasa


Une exposition se tient dans une annexe de la Mairie de Vendeuvre. Elle est consacrée à un Meilleur ouvrier de France 1955 - spécialité poterie - né le 5 mars 1887 à Radonvilliers et est accompagnée de pièces de collections particulières de grande qualité, oeuvres d'Adrien Selm et des poteries Mielle de Radonvilliers et Vuilliet de Vendeuvre sur Barse.

Adrien Selm était le fils de Hubert Selm, ouvrier potier chez Mielle, né à Echternach, Grand Duché du Luxembourg et de Louise Charbonnet née à Saint Parres aux Tertres. Il habitait rue de la Faïencerie avec ses parents et ses deux soeurs ainées Hélène et Elise, et sa soeur cadette Amélie née en 1889. En 1901, il a 14 ans, il habite avec ses parents et ses soeurs rue de la Poterie et apparait avec son père comme ouvrier potier dans le recensement de la population.
Il rejoint ensuite la poterie Arnold Destenay à Amance et épouse Alice, fille de son patron le 9 octobre 1911.
Il prendra la succession de son beau-père en 1925 et sera le patron de la poterie Selm.
En 1955, il se présentera aux épreuves de Meilleur Ouvrier de France et sera brillamment reçu.

Il décédera en 1973.
La commune d'Amance donnera son nom à la rue dans laquelle il habita pendant plus de 30 ans.

Adrien Selm was born in Radonvilliers 5th March 1877, he was potter apprentice in the pottery Mielle where his father Hubert Selm born in Echternach (Luxembourg) worked. He moved towards the next village Amance to work for the pottery Destenay. He married the daughter of his patron in 1911 and took his place in 1925.
He was distinguished as "meilleur Ouvrier de France" ( best French potter craftman in 1955).
He died in 1973 and the city council gave his name to the street he had lived for thirty years in the village Amance.
An exhibition in the Vendeuvre city hall is organized from 24th April to 2nd May about his life, the Selm pottery and two other potteries : Miell (Radonvilliers), Vuilliet (Vendeuvre sur Barse).

More on Adrien Selm.
Repost 0
6 avril 2010 2 06 /04 /avril /2010 09:56

 



Le centre de Planeurs Troyes Aube a ouvert ses portes et proposer des vols d'initiation pendant le week-end pascal.
Pour plus d'infos sur les activités de ce club et ses activités "écologiques":

téléphone 0325749010
email cpta10@free.fr
site http://cpta10.free.fr

Introduction to gliding by the association CPTA(Centre planeurs Troyes Aube) for Easter.
Posted by Picasa
Repost 0
11 janvier 2010 1 11 /01 /janvier /2010 07:46
"Une princesse est morte
Sans flashs ni escorte
Sans bougie dans le vent
Sans rose devant sa porte
Une princesse est morte
Morte, sans flashs ni escorte. "

Inès est morte écrasée le vendredi 8 janvier 2010 devant la porte de son école des Sablons à Chatillon près de Clamart.
Ecrasée par son car de ramassage scolaire dans l'indifférence médiatique.
Petite fille d'origine marocaine, victime de négligences multiples qui sont vraisemblablement les causes de cet accident dramatique.
Elle n'a pas eu droit à la visite des Ministres de l'Intérieur et de l'Education, pas de minute de silence dans tous les établissements scolaires.
Elle n'a pas fait la une des journaux télévisés, ni des radios, ni des quotidiens.
Elle ne pouvait pas servir à une exploitation politicienne sur l'insécurité.

Une princesse est morte...

Repost 0